Alchimie

L’alchimie : les lois qui régissent le rapport de la matière avec l’esprit.

Un parallèle entre l’humain et le cosmos.


Issue d’une tradition qui se perd dans la nuit des temps, l’alchimie procède à la fois de la quête spirituelle et de l’expérimentation scientifique. Elle s’est transmise de manière ininterrompue à travers les écrits, les contes, l’art sous toutes ses formes. Elle se rapporte notamment à certains mythes de l’Antiquité, au symbolisme du zodiaque, à la doctrine des 4 éléments, aux origines de la chimie et de la médecine, aux secrets des métiers qui impliquent de transformer la matière première, aux forgerons, à certains symbolismes chrétiens et aussi de la Rose-Croix, de la Franc-Maçonnerie, etc.

Carl Gustav Jung a perçu un parallèle entre le processus d’individuation et le processus de transmutation des alchimistes. Lorsqu’en 1928, Richard Wilhelm lui envoya un traité d’alchimie taoïste “Le mystère de la Fleur d’Or “, il y découvrit une correspondance symbolique avec ses propres recherches, un rapport significatif entre les images alchimiques et celles de l’inconscient, entre la transformation psychique et la transformation de la matière. L’humain étant la matière à transmuter pour tendre vers la révélation de sa source, son essence, l’immuable, le Soi.

Les plus anciens textes alchimiques rapportaient déjà l’idée que l’élaboration de la pierre philosophale – aboutissement de l’œuvre – pouvait être mise en parallèle avec la formation du monde. Certains alchimistes menaient leurs expériences dans la matière tout en tenant compte de leur propre état intérieur durant les opérations. Ils projetaient leur inconscient dans le travail matériel.

La philosophie alchimique enseigne que le physique et le psychique sont intimement intriqués avec, entre les deux, une dimension médiane qui peut se manifester tout autant sur le plan de la matière que sur le plan psychique. Cet espace intermédiaire – qui offre d’unir ce qui semble s’opposer – n’est plus accessible dès que l’on pose un savoir figé sur la vie, que ce soit sur le plan matériel, intellectuel, philosophique, spirituel. Dès que la priorité est donnée aux apparences, à l’aspect rationnel des choses, à l’anticipation de ce qui peut arriver dans le futur, la voie de réconciliation des opposés se perd. Cela s’avère destructeur puisque l’une des deux facette de la vie se trouve alors condamnée. L’approche du thème astrologique, des images du Tarot, des rêves, des dessins, ont à tenir compte de cela.

La conjonction des opposés

Le mariage intérieur : les contraires sont réconciliés. Union du féminin et du masculin, de la lune et du soleil, du corps et de l’esprit, de l’ombre et de la lumière, du fixe et du volatil, du non-manifesté et du manifesté. Il a fallu passer par différentes phases en relation avec les 4 éléments. Chacune de ces phases se déroulant selon un même processus.

Le processus alchimique requiert l’engagement du corps et de l’esprit face à l’expérience intérieure qui se propose

Pour les alchimistes, le lion qui avale le Soleil met l’accent sur la réappropriation des énergies disséminées à l’extérieur de manière inconsciente. C’est un travail qui porte sur nos identifications.

“Le secret de cette philosophie alchimique, c’est la métamorphose de la personnalité, grâce au mélange et à la synthèse de ses facteurs nobles et de ses constituants grossiers, de l’alliage des fonctions différenciées et de celles qui ne le sont pas, en bref, des épousailles, dans l’être, de son conscient et de son inconscient.

C.G. JUNG – PSYCHOLOGIE ET ALCHIMIE

Voir l’article psychologie des profondeurs

Posted in Alchimie, Psychologie des profondeurs.